Ushuaia !!!

Plus on avance sur la Terre de Feu et plus la végétation retrouve de la verdure, mais c’est surtout dès en approche de Tolhuin et de la queue du lac Fagnano que le décor devient moins monotone.tour-du-monde-argentine-ushuaia-

On commence à voir, au loin, quelques sommets enneigés… La route serpente alors au milieu d’une forêt de guindos dense et verdoyante : on se croirait presque dans le Jura ou en Suisse !

20151230_121938

Quelques kilomètres avant d’arriver à Ushuaia, on a failli louper la « réplique » de la grotte de Lourdes : un petit arrêt vite fait et on se pose la question de savoir si on bivouaque sur le parking ou si l’on pousse jusqu’à la ville mythique !!!
tour-du-monde-argentine-ushuaia-lourdes
C’est décidé, nous entamons la longue descente qui va nous mener vers la capitale argentine de la Terre de Feu. Le temps est gris et frais, si bien que nous ne faisons pas la traditionnelle photo devant le panneau indiquant l’entrée de la ville…

tour-du-monde-argentine-ushuaia-arrivee

Pour tout dire, nous sommes assez déçu de ce premier contact : la ville paraît terne avec cette immense décharge qui fume sans interruption puis, avec ce port de marchandise et tous ces gigantesques containers…

Dès que nous sommes en ville, nous stationnons assez facilement pour nous rendre au bureau de tourisme et faire quelques courses. Sur les conseils de Daniel (Le goût d’ailleurs) rencontré à l’office de tourisme et qu’on avait déjà vu sur Puerto Madryn, nous passons notre première nuit sur le petit parking du centre sportif et social, presque en face de l’YPF.
tour-du-monde-argentine-ushuaia-bahia
Mais avant cela, en revenant du supermarché, nous voyons le quad de Serge et Sylviane (Des hommes et des lieux) qui ont reconnu notre camion et qui nous mettent un mot pour nous inviter à passer le réveillon du Nouvel An, dans un camping avec d’autres francophones ! On dit ok, à demain.

Jeudi 31, au matin, nous nous rendons au bureau de la SENASA (pour Cookie) mais, nous aurions dû nous en douter : ils sont fermés !

tour-du-monde-argentine-ushuaia-senasa

C’est le 3ème week-end de 4 jours en un mois… Les argentins sont champions du monde, toute catégorie, des jours fériés…

tour-du-monde-argentine-ushuaia-avion
Avant de nous rendre au camping, nous cheminons vers l’aéroclub afin d’avoir un autre angle de vue d’Ushuaia : le soleil est revenu et il est agréable de déambuler aux alentours de la Réserve naturelle urbaine (Bahia Encerrada) même si cette dernière ne ressemble pas tellement à son appellation ! Je préfère regarder du côté de la baie :

tour-du-monde-argentine-ushuaia-bus
Le bus à touristes…

En début d’après-midi, nous prenons la direction du camping « Rio Pipo » sur la route du parc national de la Terre de Feu. Ce camping est officiellement donné pour fermé depuis des mois dans tous les forums mais il a rouvert très récemment… Par contre, il n’y a plus de panneau « camping » devant l’établissement. Mais impossible de le rater : de gros camping-cars sont visibles de la route ! Nous arrivons à nous faufiler pour trouver une place, mais ce n’est pas facile car le site n’est pas vraiment prévu pour de gros véhicules…
tour-du-monde-argentine-ushuaia-camping
Sur place, il y a déjà : les suisses Serge et Sylviane (Des hommes et des lieux) et Nicolas et Emmanuelle ainsi que leurs deux filles (Lulu la tortue), Daniel et Marion (le Gout D’ailleurs) et d’autres que nous apprendrons à connaître, « Lapierrequiroule », « Laca World Trip», les « Migati » plus 4 camping-cars allemands…
Le gros plus de ce camping est (en marge du wifi) une grande salle chauffée avec tables et chaises qui jouxte une cuisine, digne d’un restaurant, mis à disposition pour les voyageurs !!! Ce qui nous a permis de réveillonner tous ensemble et au chaud…
tour-du-monde-argentine-ushuaia-camping2

En parlant de chaud, le 1er janvier 2016, presque tout le monde est torse nu dans le camping, tellement il fait beau !!! C’est extraordinaire cette chaleur dans cette terre du bout du monde…

Dans l’après-midi, pour récupérer, nous marchons un petit peu et c’est presque par hasard que nous tombons sur un lieu surprenant : un petit cimetière qui descend en pente douce jusqu’au bord du canal Beagle…
tour-du-monde-argentine-ushuaia-cimetiere
C’est en s’écartant un peu du centre et en cheminant tranquillement que nous commençons à apprécier Ushuaia


D’ailleurs, nous avons pointé 4 lieux à voir sur notre agenda : la prison-musée, le glacier Martial, le parc national de la Terre de Feu et l’Estancia Harberton.Samedi 2 janvier, c’est sous un déluge que nous quittons le camping pour nous mettre à l’abri en visitant le Musée maritime (l’ancienne prison transformée en musée). Lieu chargé d’histoire, en partie relatée dans les diverses ailes de l’édifice. Pour nous, le clou de la visite est sans nul doute, l’aile de la prison laissée en l’état : la froideur des murs et le caractère lugubre de l’endroit, stimulent notre imaginaire…

tour-du-monde-argentine-ushuaia-prison5
Je retrouve les automatismes !

Après cette visite, et alors que le soleil est réapparu, nous déambulons dans la principale rue commerciale d’Ushuaia. Des boutiques attrappe-touristes, des échoppes pseudo-traditionnelles, beaucoup trop touristique pour nous ! Il faut dire que les immenses bateaux de croisière, qui déversent leur flot incessant de voyageurs et vacanciers, gonflent le chiffre d’affaires de ces commerces sans âme.
P1110468
Finalement, vers 19h, nous fuyons toute cette agitation pour rejoindre le petit parking au pied du glacier Martial. Ce nom lui a été donné en hommage à Louis Ferdinand Martial, explorateur français, capitaine de l’expédition scientifique « La Romanche » venu dans la région en 1882-1883. Voilà pour l’histoire…
tour-du-monde-argentine-ushuaia-glacier1
Sur le petit parking, au départ du télésiège, qui n’est plus en activité, nous sommes 11 camping-cars à bivouaquer… Presque déjà tous rencontrés, que le monde est petit !
20160102_222317
Nous passons 2 journées sur place à arpenter les petits sentiers escarpés qui mènent au au sommet (825 mètres). Et oui, ici, nous sommes en Terre de Feu et les neiges éternelles débutent à 600 mètres, point besoin d’être un alpiniste chevronné pour profiter , en haut, d’une magnifique vue sur la baie d’Ushuaia !

Ce qui nous a paru le plus agréable, c’est de grimper avec Cookie, le petit chemin qui part près du torrent sous les lengas et les guindos, arbres fuégiens.
tour-du-monde-argentine-ushuaia-glacier7

tour-du-monde-argentine-ushuaia-glacier8
Après l’effort, la sieste !

En prenant le sentier « Del Filo », la vue sur le canal Beagle est saisissante. A consommer sans modération, surtout par temps ensoleillé !

tour-du-monde-argentine-ushuaia-glacier2

Ne pas oublier, quand même, que l’on est en montagne : prévoir des chaussures et des vêtements spécifiques, de l’eau et des ravitaillements solides. Dans la même rando, il peut faire sensiblement chaud (avec l’effort) et soudain, il est possible d’essuyer une giboulée de grêle !
4 janvier 2016 : Notre troisième point de chute à Ushuaia, est le parc national de la Terre de Feu : 170 pesos par personne, ticket valable pour 2 nuits/3 jours. A l’intérieur, des zones de camping sont semi-aménagées : stationnement, toilettes, poubelles et barbecue. Pas d’électricité et pas d’eau, si ce n’est celle des rivières et torrents !

tour-du-monde-argentine-ushuaia-parc-entree
Un pont assez solide avant l’entrée du parc.

En entrant les visiteurs reçoivent un plan du site avec les immanquables et tous les sentiers pédestres balisés. Ce plan est plus ou moins approximatif surtout au niveau des distances, il faut bien se renseigner avant de partir. Par exemple, une fois il est indiqué 7 kms (il faut deviner que c’est aller-retour) tandis qu’un autre est donné pour 8 kms (il faut deviner que c’est juste l’aller !)…

Nous sommes arrivés au Parc vers 22 heures et il n’y avait plus personne à l’entrée, nous n’avons donc pas payé !
Nous nous rendons directement à la zone de camping la plus proche et nous retrouvons « Lulu » , les « Migati » et les « le Goût d’ailleurs ». Nuit super calme et de bon matin, nous entreprenons le Costera Trail (8 kms sur le guide, mais en fait 16 kms, car il faut bien revenir !!!). Le sentier débute aux abords du célèbre mini bureau de poste du bout du monde et en ce matin du 5 janvier, la lumière est parfaite pour les photos : les bleus et les verts oscillent, tantôt profonds, tantôt pastels…

tour-du-monde-argentine-ushuaia-parc-poste

La température est clémente puisque je fais ce premier trail en tee-shirt manches courtes ! 14 kms pour cette première journée car Valérie a déniché un petit raccourci pour rentrer au camion.

tour-du-monde-argentine-ushuaia-parc4

tour-du-monde-argentine-ushuaia-parc10
En fin d’après-midi, nous allons visiter le Centre d’Info des Visiteurs, véritable mine d’or pour ce qui concerne la faune et la flore fuégienne, le phénomène de glaciation et les peuples indigènes.
Pour le 2ème bivouac, nous prenons la direction de la baie de Lapataia. Durant cette 2ème journée, nous effectuons 5 des 6 sentiers qui gravitent autour de la baie. Et nous immortalisons le fait d’en avoir fini avec cette fameuse Ruta 3 : 3079 kms depuis l’Obélisque de Buenos Aires !!!

tour-du-monde-argentine-ushuaia-parc30
La ruta , c’est fini !

Et pour nous, qui l’avons empruntée de bout en bout, c’est un peu comme quand nous étions arrivé au km 0, lors de notre pèlerinage à St Jacques de Compostelle : c’est la matérialisation d’un chemin ou d’une étape qui s’achève…
Par contre, ce qui nous a déplu lors de cette randonnée, c’est le flot de touristes que les bus déversent sans interruption… Je crois bien que nous n’avons pas vu autant de trafic sur un quelconque autre tronçon de cette fameuse Ruta 3, depuis notre départ !!! Le tourisme de masse est passé par là, au détriment de la préservation des lieux… La course au profit rapide, des prix exorbitants sans motif valable, une volonté de vouloir rouler le touriste dans la farine… Bref, la nature humaine…

Heureusement, il y a encore des moments de grâce, comme ce zorro colorado qui passe, en soirée, au beau milieu des camping-cars ! Et le mieux, c’est qu’il se laisse approcher et prendre en photo.

tour-du-monde-argentine-ushuaia-parc31

Pour notre 3ème journée, nous pérégrinons sur le Hito XXIV trail qui traverse une forêt décimée : il faut enjamber les troncs morts, rester attentifs aux traitresses racines… On dirait que nous marchons dans un mikado géant ! Les arbres encore debout serrent les dents, on peut d’ailleurs les entendre grincer de loin en loin… C’est lugubre !

tour-du-monde-argentine-ushuaia-parc26
Par moments, des images saisissantes…

Le seul maigre atout de ce parcours, c’est qu’il se termine à la frontière chilienne simplement signalée par un petit panneau… Bien entendu, la quasi totalité des marcheurs font fi de l’interdiction de franchir le panneau et passent ainsi au Chili illégalement !

tour-du-monde-argentine-ushuaia-parc27

Avant de sortir du Parc, nous nous rendons à la cascade du Rio Pipo. En fait, point de cascade, juste un rapide qui bouillonne au milieu de gros rochers, c’est joli, court, mais c’est plus une balade digestive, qu’autre chose.

La météo qui s’est bien rafraichit aujourd’hui en rajoute encore une petite couche dans la soirée et c’est sous une tempête de neige (4°C) que nous quittons ce Parc de la Terre de Feu. Dire qu’il y a quelques jours, nous étions en short…

Avant de quitter Ushuaia, nous passons au vétérinaire (certificat de bonne santé) puis à la SENASA, pour le passeport de Cookie : des papiers, encore des papiers et toujours des tampons… Je comprends mieux ceux qui passent les frontières avec leur animal domestique sans les déclarer ou en les cachant.

tour-du-monde-argentine-ushuaia-depart
On part d’Ushuaia sous un grand soleil !

Dernière étape avant d’entreprendre notre remontée par la mythique Ruta 40, l’Estancia Harberton, à 90 kms à l’est d’Ushuaia, pratiquement à l’entrée du canal Beagle. De superbes coins tranquilles au beau milieu d’une nature préservée et riche : la civilisation qui passe au loin par l’intermédiaire des bateaux de croisière, de l’eau qui court partout, des chevaux en liberté qui galopent, des zorros qui traversent furtivement les pistes, des oiseaux qui évoluent dans un havre de paix. Oui, de ce côté de l’ile, la Nature a encore des droits et c’est réconfortant !

tour-du-monde-argentine-ushuaia-harberton1

tour-du-monde-argentine-ushuaia-harberton3

P1120050

tour-du-monde-argentine-ushuaia-harberton2
Nous nous étions installés tout au fond de cette baie…

Puis une dernière visite, celle de l’Estancia en elle-même, ex-exploitation d’ovins reconvertie en écotourisme… La visite ne vaut le prix d’entrée, à nos yeux, mais elle peut s’avérer intéressante pour les amateurs d’histoire et de vieux objets… La jeune fille qui nous a fait visiter le musée, l’a fait au pas de charge, avec un groupe de touristes beaucoup trop important, ce qui a réduit fortement son intérêt !

P1120061
Un jardin haut en couleurs.

Sans oublier, le célèbre arbre couché flashé par tous les photographes du monde entier !

P1120101

 

Laisser un commentaire