L’école rurale en Argentine.

Lors de notre passage au camping de Malargüe, province de Mendoza, toujours en Argentine, nous avons fait la connaissance de Nicolas, un professeur d’école qui parcourt le pays et visite les écoles rurales en manque d’activité. Il propose essentiellement des activités physiques, des jeux ou même des projections de films…

tour-du-monde-argentine-malargue-ecole-cinema
Là, c’était au camping !

Il nous a proposé de venir avec lui, ce lundi 14 mars, pour découvrir l’école de El Chacay. Nous allons essayé de vous retranscrire tout ce que nous avons vu…

 

tour-du-monde-argentine-malargue-ecole-nicolas
Nicolas et moi.

Comme en France, il y a deux systèmes scolaires en Argentine : public et privé.

L’école d’El Chacay, est une école publique rurale, c’est à dire en campagne…

tour-du-monde-argentine-malargue-ecole-plaque
En Argentine, on ne s’embête pas pour trouver un nom à l’école. C’est dans l’ordre de la création !

El Chacay est un petit hameau situé à une quinzaine de kilomètres au nord de Malargüe, sur la ruta 40, où se trouve une importante exploitation agricole.

Nous y sommes arrivés vers 11h, en compagnie de Nicolas. Je précise que c’était la première fois qu’il venait dans cet établissement, qu’il n’avait pas prévenu et qu’il n’y connaissait personne…

tour-du-monde-argentine-malargue-ecole-entree
L’entrée de l’école.

Après s’être présenté à la direction, nous avons été autorisé à visiter l’école, accompagné par Elsa, la directrice.

tour-du-monde-argentine-malargue-ecole-directrice
Nicolas, Valérie, Elsa la directrice et Suzanna, l’intendante, dans la salle des maitres !

 

tour-du-monde-argentine-malargue-ecole-plaques
Avant 1973, l’école était la 169ème, de niveau national. Maintenant, école rurale N° 1367, lors de sa rénovation.

Il y a, en temps normal, 75 élèves (filles et garçons), répartis en 5 classe d’âge de 3 ans à 13 ans, et cinq maitresses pour les encadrer. Pourquoi en temps normal ? Parce que aujourd’hui, il n’y a que 42 élèves et la raison est presque incroyable : Simplement un problème d’eau ! L’école n’est pas raccordé au réseau d’eau de la ville et dispose donc un puits, mais malheureusement, avec la sécheresse, le puits est à sec. La ville de Malargüe fournit de l’eau potable dans un grand réservoir mais en ce lundi, l’eau de cette réserve n’est pas suffisante pour les 75 élèves, la directrice a donc demandé aux parents de garder leurs enfants à la maison !!!

tour-du-monde-argentine-malargue-ecole-cour1
Le réservoir d’eau potable dans la cour !
tour-du-monde-argentine-malargue-ecole-cour2
L’autre côté de la cour.

Les classes sont, somme toute, assez similaires à ce qui existe chez nous, en moins récent et plus rustique.

La chose qui frappe au premier coup d’œil, c’est le port de la blouse obligatoire (même pour le corps enseignant) : mais malheureusement, comme en France, il est interdit de prendre des photos des enfants…

La journée commence à 8 heures par un petit déjeuner, puis par le lever des couleurs, ensuite chacun regagne sa classe : je concède que c’est un peu plus bruyant et dissipé qu’en France. Vers 10h30-11h, un petit en-cas (gâteaux secs, friandises…).

tour-du-monde-argentine-malargue-ecole-drapeaux
Les drapeaux en bonne place. Drapeau de la province de Mendoza et le drapeau national.

A 12h30, tout le monde (élèves et enseignants) passe à la cantine, qui jouxte les cuisines : pratiquement tout est fabriqué sur place, y compris le pain. C’est une sorte de «self» sauf qu’il n’y a pas de choix ! Aujourd’hui, les enfants avaient au menu, une salade de tomates, du riz avec des légumes et du raisin en dessert.

tour-du-monde-argentine-malargue-ecole-cuisinières
Le personnel des cuisines.

A la fin du repas, chaque enfant ramène son assiette vide à la cuisine… S’il a soif, l’enfant doit se présenter, toujours au niveau de la cuisine, et une dame lui remplit son verre : pas de gaspillage d’eau !

tour-du-monde-argentine-malargue-ecole-comptoir
L’eau est distribuée au verre et sur le comptoir.

Ensuite, pour les plus jeunes, ceux du jardin d’enfants, il y a la sieste et à 15 heures, c’est la fin de l’école ! C’est assez rare pour une école rurale, mais ici après la classe, chaque enfant retourne chez lui en bus : en raison de la proximité d’une grande ville comme Malargüe. Dans les écoles rurales de montagne, les enfants restent environ 3 semaines à l’école, avant de rentrer chez eux, pour une dizaine de jours : on appelle cela « école auberge ».

En conclusion, nous pouvons dire que cette visite a été très riche d’enseignements :

– Tout d’abord, l’accueil s’est révélé très chaleureux et enthousiaste, à tel point que nous avons fait la bise à tous les enseignants.

tour-du-monde-argentine-malargue-ecole1
Dans chaque classe, il y a ce message : “Bienvenus”

– En discutant avec la directrice, nous apprenons que pour des raisons de statistique, tous les enfants (même ceux d’un très faible niveau) passent en classe supérieure, ce qui lui occasionnera rapidement des problèmes insurmontables …
– Que certains élèves, dont les parents viennent, du nord du pays, pour travailler dans l’exploitation agricole en face de l’école, ne sont là que temporairement : juste la durée de la mission agricole !

tour-du-monde-argentine-malargue-ecole-paysans
Les saisonniers en pleine récolte de pommes de terre.

– Que dans les établissements publics, tout est payé par l’état, petit-déjeuner et repas de midi compris.
– Que, et c’est bien le désespoir des maitresses, les parents ne voient vraiment pas l’importance de l’école : soit, ils prennent l’école comme une garderie, soit, quand le matin l’enfant dort encore, ils téléphonent (parfois) à la directrice pour dire qu’ils ne veulent pas le réveiller !!! Il faut dire qu’en Argentine, les enfants ne sont que rarement au lit avant 22 h-23h !

Avant de partir, Elsa, la directrice, nous fait apporter un pain fait “maison” !

Ci dessous, le jardin d’enfants pour les 3 – 5 ans. Et un cahier d’une élève de 8 ans.

 

 

Une pensée sur “L’école rurale en Argentine.

Laisser un commentaire