L’Argentine, c’est fini ! Du 20 mars au 3 avril 2016.

Lors de cette boucle, qu’on ne savait pas finale, nous évitons de passer par Mendoza et nous optons pour une route plus à l’Ouest, près de la Cordillère des Andes. C’est donc vers Uspallata que nous nous dirigeons avec, au passage, un super bivouac à Potrerillos : vues énormes sur l’immense lac, mélange de couleurs émeraude et turquoise, et des aspérités rocheuses aux formes étonnantes…

Deux semaines plus tard, lors de notre retour vers le passé :

tdm-argentine-potrerillos-retour1
Même si le temps est maussade, le lac offre de superbes vues…
tdm-argentine-potrerillos-retour
Notre parking est un peu plus encombré qu’à l’aller !

Ensuite, les ruines d’un site Inca à Tambillos, invisibles ou (et) dégradées comme beaucoup de sites touristiques et historiques, en Argentine : aucun respect pour les choses ou les lieux importants de leur propre pays.

tdm-argentine-tambillos
Ça donne envie…
tdm-argentine-tambillos-mirador
Nous avons beau gravir ce mirador, rien… Mis à part cette belle photo !

 

Vient ensuite, l’épisode épique de Calingasta : une petite ville qui doit détenir le record mondial du m² de mirador par habitant… En effet, pas moins de 6 miradors (sorte de point de vue) d’environ un hectare (chacun) dominent les eaux du rio Los Patos , à sec à la période qui nous intéresse.

tdm-argentine-calingasta
Tranquille !!! Mais cela ne va pas durer…

Nous en choisissons un… nous sommes tout seuls… Jusqu’à 1 h du matin, où deux voitures se garent à quelques mètres de nous avec la musique à fond, et des bouteilles qui passent de main en main !

Au bout d’un moment, il est presque 2 h, je me lève et reprends mon bâton de pèlerin, ou plus exactement mon bout de tuyau d’arrosage armé (de 40 cm) et m’en vais à la rencontre de ces pollueurs auditifs… Ils sont donc 6 entrain de siroter des bières, discuter avec leurs voix discrètes, tout en écoutant de la techno argentine ! Quand je me trouve auprès d’eux, je fais mine de prendre leur plaque d’immatriculation en photo et leur dis que maintenant ça suffit, qu’il y a de la place ailleurs… L’un, plus virulent que les autres me signale que je suis en Argentine, à Calingasta et qu’en clair je n’ai qu’à partir si je ne suis pas content !!! Je lui rétorque que nous sommes en Argentine depuis plus de 6 mois, que nous n’avons pas de problème avec ce pays, pas non plus avec Calingasta, seulement avec eux 6 !

Comme ils ne veulent pas bouger, je m’assoie à côté d’eux ! Au bout de quelques instants, voyant que je suis plus idiot qu’eux, l’un propose aux autres d’émigrer sur un autre endroit… et finalement, ils s’en vont : il est 2h30, du matin !!!

La nuit peut reprendre, « bercée » par leur musique lointaine qui ne s’éteindra qu’à 7 h !!! Et personne ne dit rien… C’est le gros problème de l’Argentine : ces jeunes inactifs qui foutent le bazar où et quand ils le veulent, au nom de cette liberté sans frontière…

 

Du coup, le matin, au lieu de faire nos emplettes dans ce village, nous partons directement sur Iglesia où l’accueil s’est montré bien meilleur.

tdm-argentine-iglesia
La route bien abimée qui mène à Iglesia…

 

tdm-argentine-iglesia-rencontre
Une rencontre un peu spéciale !

Un policier arrête tous les véhicules pour saluer tous les conducteurs tandis qu’une employée du bureau de tourisme local, donne une documentation sur toutes les manifestations à venir dans le coin et, en plus, tout ceci accompagné d’une pomme !!!

Nous resterons 3 jours dans le secteur avec notamment une visite au festival du Lasso de Tudcum, voir ici.

 

Et ma plus courte sortie vélo : 300 mètres où j’ai failli tomber 3 fois à cause du vent !!!

tdm-argentine-rodeo
Le lac de Rodeo, extrêmement venteux !

Nous passons Jachal sans nous arrêter : pas très attrayante comme ville, si bien que nous atterrissons sur un rond-point bien aménagé (eau, table, bière dans une maison-magasin en face et la mamie nous échange même notre bouteille de gaz qui vient de rendre son dernier souffle !).

tdm-argentine-jachal
A l’aise…

La RP 49 qui mène à Huaco est superbe (pas qu’en vélo d’ailleurs) mais interdite aux poids-lourds…

Nous prenons donc la nationale 150 qui traverse aussi des paysages enchanteurs et c’est là que nous voyons nos premiers vrais cactus…

Après une interminable ligne droite, la route serpente enfin au milieu des reliefs qui, suivant leur exposition au soleil, changent de couleur : ça va du vert pâle au rouge foncé ! Cela vaut vraiment le coup de faire une entorse à la ruta 40…

tdm-argentine-paysage

 

tdm-argentine-route

Arrivés au Parc national Talampaya, nous refusons de payer les 24 €/personne : nous estimons que c’est une véritable escroquerie, même si ce parc est inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco !

tdm-argentine-talampaya-entree
La route traverse le Parc, mais les excursions sont payantes.

Nous arrivons donc à Villa Union : pause wifi, avant de poursuivre notre chemin.

 

tdm-argentine-villaunion-lit-riviere
Bivouac, 30 kms après Villa Union, dans le lit d’un rio à sec !

Les jours se suivent et se ressemblent : toujours une chaleur accablante et pas de fraicheur, tous les rios étant à sec…

Quebrada du rio Miranda (anciennement la ruta 40 y passait) à faire à pied et une rencontre insolite avec de petits perroquets.

Puis, quelques kilomètres plus loin, nous trouvons un petit ravin avec un torrent d’eau bien fraiche ! Ni une, ni deux, nous convenons d’une pause fraicheur !!!

tdm-argentine-raffraichissement
Pas beaucoup d’eau et pas si fraiche que cela !

Mais ça fait un bien fou !!!

 

Dans cette partie de l’Argentine, le culte de Difunta Correa supplante le célèbre Gauchito Gil :

 

tdm-argentine-difunta-correa
Ces sanctuaires sont tout confort : table et bancs, ombre, poubelles et surtout une propreté qui n’a pas d’égale ailleurs.

Un petit mot sur Chilecito (la ville suivante sur notre itinéraire) : c’est une poubelle géante !

tdm-argentine-chilecito
De tous côtés…

Nous stoppons notre avancée vers le nord à Pituil, pratiquement au km 4000 de la ruta 40 !!! A 800 kilomètres de la Bolivie… Un petit village sympa avec des voitures d’une autre époque…

 

Tiens, une 2cv !!!

tdm-argentine-2cv

 

Pourquoi ce coup d’arrêt dans notre périple ? Parce que notre frigo fait des siennes et qu’il vide les batteries ! Nous décidons, la mort dans l’âme, de rebrousser chemin vers Santiago, la capitale chilienne, où l’on devrait plus facilement trouver quelqu’un pour le réparer…

tdm-argentine-vers-chili
En route vers le Chili !

L’argentine, c’est donc fini ! Peut-être que l’on y retournera un jour…

Laisser un commentaire