Le Camion

Le choix

Tout d’abord, il est nécessaire de cibler ses besoins, de savoir ce que l’on ne veut pas, et ensuite, en affinant, pour que le tout cadre avec son budget, prendre une décision. Nos critères de choix étaient : un vieux camion PL (puisque nous avons tous les deux le permis poids lourd) sans électronique, 4×4 si possible, avec 4 couchages fixes, une douche séparée des toilettes, avec une carte grise VASP « caravane » et 6 places assises.

911
Le fameux 911

Au départ, nous voulions un Poids Lourds 4×4, genre Mercedes 911, les fameux et infatigables « Nez de cochon » ! Nous en avons même essayé un sur Angers. Malgré leur belle « gueule », ces engins avaient un défaut : les cellules aménagées dessus étaient un peu étriquées à notre goût.

magirus-deutz-170-d-11-02

Nous nous sommes alors tournés du côté des Magirus 170 D 11 Doka (Doka pour double cabine). Tout correspondait à nos souhaits, mais c’était sans compter sur l’administration française… Ces camions étant quasi introuvables (en immatriculation française) nous en avions trouvé un avec des plaques hollandaises. Hélas, pour l’homologuer en France, il fallait passer par Iveco France pour obtenir un certificat de conformité… et comme ce modèle de véhicule est inconnu d’Iveco France, pas de certificat de conformité ! Donc impossible de l’immatriculer… Nous sommes à l’heure de l’Europe mais ce camion peut être immatriculer en plaques allemandes, belges, hollandaises, mais pas françaises !!!

TRM
Le TRM 4000

Nous nous sommes donc repliés sur des véhicules « français » et là le choix s’est considérablement restreint ! Mis à part les TRM 4000, et quelques Renault, pas grand chose à se mettre sous la dent. D’une, on ne voulait pas de Renault et de deux sur les TRM 4000, les cellules étaient assez courtes (porte à faux) et le gabarit frisait souvent les 4 mètres de haut…

Tant pis pour le critère 4×4, notre recherche s’est réorientée sur des véhicules avec blocage de différentiel, mais non tout terrain. Et après avoir essayé plusieurs Mercedes et Volvo, notre choix s’est porté sur le Volvo FL6 :

  • – VASP « caravane » 6 places
  • – 180 chevaux
  • – Douche séparée des toilettes
  • – 6 couchages
  • – une grande soute
  • – 8,350 T – 8,20 x 2,55 x 3,40 (L x l x h)

L’aménagement

Le principal aménagement a été l’installation électrique : pose de 2 panneaux solaires (140 W, chaque), 2 batteries à décharge lente (130 W), chargeur, répartiteur, convertisseur 12x220v.

Puis, l’installation d’un chauffage au gazole directement sur le réservoir avec 2 pompes (une spéciale altitude).

Ces travaux ont été réalisés par la société : http://www.passcamping-car.com/

Essai au Maroc

Afin de nous mettre dans le bain, quoi de mieux que passer 3 mois au Maroc pour tester notre camion et le matériel installé ?

Départ le 29 décembre 2015, direction l’Espagne d’abord, puis le Maroc ensuite!!! Avant tout, nous prenons le parti de ne pas trop pousser la bête parce que cela fait longtemps qu’elle est restée endormie… 3 petites journées pour arriver chez ma cousine Elisabeth du côté de Barcelone où nous passons le réveillon du nouvel An. Puis, la longue descente de la péninsule ibérique jusqu’à Algeciras ou un ferry nous emmènera sur le continent africain !

Petites frayeurs durant ces premières journées de voyage : un voyant orange s’allume alors que tous les niveaux sont bons et qu’il n’y a aucune fuite visible… Et une nuit, le convertisseur se met à sonner alors qu’il n’y a rien de branché dessus…

Petit à petit, nous apprivoisons le gabarit de notre camion et sommes de plus en plus détendus au volant (surtout moi, Alain). La vitesse de croisière est de 90 km/h, ce qui s’avère suffisant à notre goût. Pas de difficulté particulière pour trouver un ticket pour le ferry : il suffit de suivre la kyrielle de camping-cars !

Dans les premiers jours de notre séjour au Maroc, nous avions planifié un arrêt chez VOLVO Tanger pour effectuer les vidanges moteur, boite, pont ainsi que le changement de tous les filtres, plus le garnissage des points de graissage. Cela nous a coûter environ 3 fois moins cher qu’en France !

En tout, nous avons roulé un peu plus de 10 000 kms durant ces trois mois, par de petites « routes » de montagne en traversant le massif de l’Atlas, emprunté des pistes plus ou moins carrossables, certaines à moitié détruites par de récentes inondations, passer des ponts à l’assemblage incertain bref, il n’y a que le sable que nous n’avons pas tenté et qu’on ne tentera pas !!!

Les enseignements et petits pépins de ce premier voyage sont :

  • En montagne, notre camion souffre un peu (pas plus que les camions marocains) à tel point que nous l’encouragions : « Allez, Pépère ! » d’où l’idée naturelle de le baptiser de ce sobriquet…
  • Une petite fuite sur l’essieu arrière réparée une fois à Agadir et l’autre fois en Espagne, au retour.
  • On a perdu le petit chapeau du tuyau d’évacuation des gaz du chauffe-eau, sur le toit : la faute aux palmiers de Fès !
  • Le chauffage au gazole fonctionne bien (-5°C dehors et 20°C à l’intérieur). Lors d’un bivouac à plus de 2000 mètres d’altitude, nous avons enclenché la 2ème pompe :pas de souci !
  • Le chauffe-eau, tout neuf, a rendu l’âme : sans doute la carte électronique. Il faudra installer un chauffe-eau moins sujet aux vibrations…
  • Les deux canapés 3 places, s’ils sont confortables, n’offrent aucun rangement. Il faudra y remédier…
  • Le voyage avec Cookie (notre chatte) s’est bien déroulé : elle a pris ses quartiers sur le lit au dessus du salon. Pour un vaccin, nous avons même trouvé un vétérinaire sur Taroudant : merci Internet !